top of page

ÊTRE GRAND-PARENT SANS ÊTRE TRIBUTAIRE

Dernière mise à jour : 2 janv. 2023

Grand-parent : quel rôle ?


 


À écouter de nombreux échanges entre seniors, à lire de nombreux articles sur les grands-parents, à consulter de nombreuses pages sur l’approche à adopter vis-à-vis des petits-enfants, on peut s’apercevoir de l’évolution rapide et franche du rôle des grands-parents. Le temps de « Papy-bricolage » et « Mamie-gâteau » est depuis longtemps révolu, même si les stéréotypes persistent. S’occuper de ses petits-enfants n’est pas un dû, semble-t-il. L’essentiel n’est pas ce qui se dit ou ce que vous entendez, mais bien de vous écouter et de vous respecter. Le fait est que vous devez pouvoir avoir le choix : celui de vous occuper de vos petits-enfants, ou de ne pas vous en occuper, tout en évitant les extrêmes. Il ne doit pas y avoir de questions tabous, entre vous ou avec vos enfants. La société a évolué, le monde dans lequel vivent vos enfants a changé, mais la vie de grands-parents s’est également transformée.


Se sentir et être grand-parent à la retraite

L’ÉQUILIBRE : NE PAS ÊTRE PRÉSENT SANS ÊTRE ABSENT


Pour être « grand-parent », vous n’êtes pas obligé(e) d’être tous les jours ou toutes les semaines présent(e)s pour vos petits-enfants. Prendre part à l’éducation de vos petits-enfants vous fait peut-être plaisir mais vous n’y êtes pas forcé(e). Ne vous sentez pas coupable de ne pas préparer de bons gâteaux tous les dimanches, de ne pas bricoler avec vos petits-enfants ou de ne pas aller les chercher à l’école trois fois par semaine. Vous avez votre vie. Et ce n’est pas parce que vous habitez loin de vos enfants et petits-enfants qu’ils ne vous aiment pas. C’est un équilibre que vous pouvez trouver entre une volonté de continuer votre vie (avec votre quotidien, vos obligations, vos loisirs, vos amis, vos désirs) et votre ambition de ne pas disparaître de la vie de vos descendants.


Vous choisissez de quelle manière être en contact avec vos petits-enfants (et donc avec vos enfants) sans pour autant être absorbé(e) par le rôle de grand-parent. D’ailleurs, il n’y a pas véritablement de « rôle » de grand-parentalité, il n’existe pas de mode d’emploi pour être grand-parent. Il n’y a pas de parent parfait, il n’y a pas de grand-parent parfait, il faut l’accepter.


Vous n’êtes pas à la disposition de vos enfants pour être à la disposition de vos petits-enfants. Vous avez peut-être d’autres choses en tête que de vous occuper tous les jours ou trois fois par semaine de vos petits-enfants. Si tel est le cas, acceptez-le. Tout dépend du sens que vous retrouvez dans le mot « grand-parent », à savoir votre positionnement au sein de votre famille et au travers de la mission que vous vous êtes donnée auprès d’elle. Si accompagner vos petits-enfants dans leur développement, prendre soin d’eux ou faire partie de leur quotidien est important pour vous, alors, de la même manière, acceptez-le. Le tout est d’en avoir conscience, et d’avoir le choix.


ÊTRE TRANSPARENT ET COMMUNIQUER


Soyez transparent(e) avec vous-même : vos envies, vos souhaits ou vos disponibilités comptent. Si vous souhaitez vous rendre disponible pour vos petits-enfants, affirmez-le ; si vous préférez leur consacrer une faible part de votre temps, faites également le point. Dans le cas où vous ne seriez pas d’accord avec votre partenaire, alors discutez simplement de la meilleure façon de vous organiser pour trouver un équilibre entre votre point de vue et son point de vue.


Soyez franc(he) avec vos enfants. Exprimez-leur votre idée de la grand-parentalité afin qu’ils entendent votre façon de penser et qu’ils comprennent ce qu’ils peuvent attendre de vous. Ne laissez pas le doute s’immiscer entre vous et eux sur la question de vos petits-enfants.


Communiquez votre pensée auprès de vos enfants et de vos petits-enfants. Le silence ici peut abîmer plus qu’il ne répare. Se retirer de leur vie parce que vous appréhendez leurs possibles demandes ne fera qu’accroître le fossé qui vous sépare. Communiquer votre organisation, votre calendrier, vos échéances ou vos rendez-vous aura deux conséquences positives : cela évitera toute supposition et cela montrera votre sincérité.


COMPRENDRE SES ENFANTS… AUTANT QU’ILS VOUS COMPRENNENT


Vous avez été parents et avez réussi à éduquer vos enfants bien souvent seuls. C’est aujourd’hui leur tour d’élever leurs enfants. Vous savez que ce n’est pas tout le temps facile. Vos parents ne vous aidaient pas, vous pouvez faire de même avec vos enfants. Ce n’est pas une raison de répéter les schémas, surtout si ils vous ont marqué négativement.


C’est important que vous ayez conscience de leur quotidien : votre vie à l’époque n’est pas la même que la leur aujourd’hui. Ils travaillent ou pas, ils sont mariés ou divorcés, leur situation économique ou familiale n’est pas forcément stable, leur partenaire les aide plus ou moins, etc. Un tas de situations peut expliquer une vie quotidienne différente de la vôtre à l’époque. Vous pouvez leur dire qu’ils ont fait des choix mais ils le savent ; il ne vous pas est interdit de vous adapter momentanément à leurs besoins, ils vous en seront reconnaissants. Encouragez-les, tenez-vous au courant de ce qu'ils vivent, conseillez-les (si besoin), c'est le meilleur moyen qu'ils trouvent des solutions.


Les comprendre, ce n’est pas tout accepter, et encore moins indéfiniment. Vos enfants doivent comprendre que vous avez aussi votre vie et vos envies, qu’ils ne doivent pas abuser de votre gentillesse et de votre générosité, que vous n’êtes pas à leur disposition ou que votre aide n’est pas infinie.


GÉRER SON EMPLOI DU TEMPS


Vous gérez votre emploi du temps, vos enfants ou vos petits-enfants ne régissent pas votre vie. Ils font leurs choix et vous faites les vôtres. Vous avez vos rendez-vous, vos amis, vos échéances, vos loisirs, vos impératifs et votre temps libre. Vous êtes occupés et programmez un nombre d’activités qui vous correspond ; vous êtes également en droit de ne rien faire, sans devoir à vous justifier davantage. Vous n’attendez pas vos enfants ou vos petits-enfants pour avoir une vie riche et épanouie.


Vous pouvez être libre sans être assouvi(e), c’est à vous de choisir quelle place avoir dans votre famille, à quelle fréquence voir vos petits-enfants, quels souvenirs vous souhaitez laisser.

GRANDS-PARENTS : DE NOUVEAUX RÔLES


Avant d’être grand-parent, vous êtes une femme heureuse ou un homme heureux. Pourquoi ne le seriez-vous pas en tant que grand-mère ou grand-père ? C’est à vous de construire votre rôle tel que vous le concevez. La cuisine, la pêche, le bricolage, les ballades ou les parties de cartes sont des stéréotypes bien ancrés mais il y a bien d’autres codes.


  • Grâce aux grands-parents, de nombreux couples arrivent à travailler à temps complet sans fragiliser l’équilibre familial.


  • Grâce aux grands-parents, des mères de familles divorcées s’intègrent quelques fois plus facilement dans le monde du travail.


  • Grâce aux grands-parents, les petits-enfants ont souvent un regard plus large sur la famille et un esprit critique parfois plus étendu sur la société.


  • Grâce aux grands-parents, c’est un soutien affectif ou matériel au jour le jour que reçoivent beaucoup de familles.


  • Grâce aux grands-parents, c’est l’histoire et les souvenirs de toute une famille qui se transmettent de génération en génération.


Comentários


bottom of page